Production de l’oignon hivernale: une source de revenu pour la femme rurale

L’oignon est une plante bi-annuelle cultivée sous irrigation, pour ses bulbes et ses feuilles. La plante produit à maturité un bulbe de forme ronde/épaisse ou aplatie, de couleur généralement violette ou blanche. L’oignon peut également être multiplié végétativement par des petits bulbes (bulbilles). La production de l’oignon est considérée comme une activité secondaire après les cultures pluviales.

Les productrices d’oignon au Mali sont confrontées à des problèmes récurrents d’accès aux semences, de conservation et de commercialisation de leurs productions. Du fait de l’absence d’infrastructures de conservation et de leurs capacités commerciales limitées, ces productrices se voient contraintes d’écouler tous leurs stocks sur les marchés locaux à la récolte; ce qui engendre une affluence de produits et une chute drastique des prix. Résultats, ces productrices vendent à perte notamment en période de soudure.

Des activités ont été menées pour une adoption des technologies agricoles innovantes par les agricultrices, la production et la vulgarisation de la culture d’oignon hivernale sur les 12 mois de l’année. L’objectif était d’appuyer les agricultrices dans l’installation des pépinières sur des planches surélevées, l’entretien et la protection de ces oignons grace à la technique (sarclo-binnage et arrosage, application de bio pesticide) effectuée durant 45 jours. Cette étape a été suivie par le repiquage des jeunes plantes sur les planches surélevées confectionnées à l’avance par les agricultrices.

Selon Adama Fomba, chef du projet (Musow YiriwaSènè (MYS), « la production de l’oignon hivernale sur les planches surélevées sont conseillés pour éviter l’inondation après une forte pluie ».

Il sollicite aussi « les productrices à veiller sur la culture après chaque pluie, et aussi d’arroser seulement en cas de besoin ». On rappelle que ces activités ont été réalisées dans les périmètres maraichers de chaque groupement de femme.

Ces actions ont permis à plusieurs  agricultrices de maitriser les techniques modernes de production et aussi de produire beaucoup  de bulbes d’oignons pendant la saison des pluies.

L’ONG AMEDD en partenariat avec ONU Femmes/AgriFeD à travers le projet MYS a doté 20 groupements  femmes en semence de l’oignon hivernale dans les cercles de Barouéli, Niono, San, Ségou. Le projet leur a appuyé et renforcé leur capacité sur les techniques modernes de production de l’oignon hivernale durant l’année 2020.

Les productrices et bénéficiaires témoignent…

Tata Coulibaly dite Bata, Productrice d’oignons

« Je suis du village de Kokry commune de Kokry , cercle de Macina. Je suis la présidente de la coopérative Sinignesiki de Kokry composée de 52 agricultrices.  Notre coopérative a connu ce projet à travers les premières coopératives sélectionnées par le projet en 2018 et la mairie. Avant ce projet, dans notre cercle je n’avais jamais entendue ou vue une agricultrice pratiquer ou produire la culture d’oignon pendant l’hivernage. En fait, je pensais que la culture de l’oignon était possible seulement durant la contre saison. Au démarrage de cette activité il y’avait beaucoup de productrices qui étaient pessimistes (qui ne croyaient pas) que la culture marcherait. Notre coopérative a reçu la semence d’oignon hivernage de la part du projet d’appui pour l’accompagnement dans l’installation et des techniques d’entretien jusqu’à la récolte. Pour une première fois la production a été faite collectivement pour que tous les membres de la coopérative puissent maitriser les techniques culturales de l’oignon hivernal. Avec cette première expérience du projet la production de l’oignon pendant hivernage est plus rentable que la production en contre saison ».

Mahamane Sissoko, Adjoint au maire de la commune de Kokry 

« J’ai été le premier à être surpris quand j’ai vu ma femme avec de l’oignon après leur récolte. Par ce qu’en ce moment on ne trouvait pas de l’oignon dans notre marché hebdomadaire sauf si nous les chefs de familles partions dans les grandes villes pour les acheter au marché. Ce qui m’a aussi marqué, c’est le temps de travail, pour la campagne maraichère, nos femmes faisaient toute la journée dans les champs pour l’arrosage et entretien des cultures. Mais pour ces activités elles ne prennent pas assez de temps dans les champs. Aussi le prix de vente est plus élevé que celui de la campagne de contre saison. Pour conclure, je pense que la production de l’oignon hivernale est un moyen efficace pour l’autonomisation des femmes et l’amélioration des conditions des familles ».

Le projet MYS est mis en œuvre par l’ONG-AMEDD dans sept cercles vulnérables des régions de Sikasso et Ségou au Mali. Il est financé par ONU Femmes et ces bailleurs à travers son programme AgriFeD d’un point de vue environnemental, économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Exprimez-vous !

Laissez-nous un message