Des foyers améliorés pour faciliter la vie des femmes rurales au Mali

Heureuse bénéficiaire de la technique de fabrication. Credit photo AMEDD

Un peu partout en Afrique notamment au Mali, pour cuire les aliments que nous consommons, environ 80% des ménages rurales cuisinent sur des foyers traditionnels; trois pierres placées en triangle sous lesquelles on met le bois de chauffe. Cette technique ancestrale bien que reflétant le savoir faire de nos aïeux, utilise une large quantité de bois; en moyenne entre 10 à 15 charrettes à traction d’âne, par an. Il est important de souligner que la quantité peut changer selon les localités. La technique des 3 pierres est donc très couteuse en terme de bois généralement rapportés par les femmes et les jeunes le soir à la fin des travaux champêtres. Cette coupe abusive du bois accélère le déclin des forêts et réduit la fertilité des sols. Une triste réalité à laquelle font face les pays du Sahel notamment le Mali.

Un foyer amélioré. Credit photo AMEDD

C’est conscient de cette situation que le Projet MYS financé par ONUFEMME et mis en oeuvre par l’ONG AMEDD a proposé à plus de 2000 femmes rurales lors de séances de renforcement de capacité une solution plus économique et durable; le foyer amélioré. C’est une technique qui consiste à garder les trois pierres de base du foyer traditionnel tout en construisant autour à l’aide de pierres des petits bloc de sable afin d’éviter la fuite inutile du feu. Grace à sa structure fermée, le foyer amélioré à trois pierres permet une réduction de la quantité de bois de 25 à 33% par rapport aux foyers traditionnels. « En plus les matériaux pour sa fabrication sont disponibles sur le plan local », témoigne Adama Fomba, chef du projet MYS.

Cette activité a permis au total de fabriquer 2 200 foyers améliorés dans les localités de Ségou, Niono, Macina, San, Barouéli et dans les villages et cercles de la région de Sikasso.

Elles témoignent…

Sétou Diarra productrice dans le village de Djambougou

Avant ce projet j’utilisais entre 8 à 10 chargements du bois de chauffe par an. Je parcourais entre 15 à 20km pour rechercher du bois de chauffe. Pour la cuisine, il me fallait entre 2 et 3 heures sans compter que j’avais des brulures de feu souvent et nos enfants étaient permanemment en danger. Avec la technique améliorée, il me faut aujourd’hui seulement 5 chargements de bois en charrette par an et je cuisine plus rapidement. J’ai donc le temps de me reposer.

Tata Coulibaly, formatrice et productrice dans le village de Kokry

En plus de l’utilisation du foyer amélioré, cette technique est aussi une source de revenue monétaire pour nous les femmes. Aujourd’hui j’ai commencé la prestation de fabrication sur demande. Je les fabrique et je les revends. Je forme d’autres femmes également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Exprimez-vous !

Laissez-nous un message