Quand le revenu des producteurs augmente grâce à la batteuse offerte par AGRA

Dans le cadre du Projet d’Appui aux Chaines de Valeur maïs, sorgho et niébé (PACV), initié par le consortium de Sikasso composé des structures étatiques des ONG et des structures privées, financé par AGRA (Alliance pour une Révolution Verte en Afrique), le centre d’agrégation de Zangasso connu sous le nom « Layidou ton » en Bambara, composé de petits exploitants (exploitants à faible revenu) appartenant à deux coopératives (SCOOPS Djomo Zangasso, SCOOPS Zangasso IV) a bénéficié d’une subvention de 70% pour l’achat d’une grande batteuse polyvalente Retifan au mois de Mai 2019. Cette batteuse a contribué à l’amélioration de la qualité des céréales car selon son président M. Salif Berthé, « pas moins de deux (2) tonnes de céréales étaient rejetées par la commission d’inspection des céréales agrégées au niveau du magasin du centre à cause des impuretés. Donc, grâce à la batteuse, les rejets de céréales impures ont considérablement réduits ». Mise en œuvre par ONG AMEDD le but de cette subvention de AGRA est de contribuer à l’autonomisation de ces petits producteurs.

Pour rappel, le centre compte 90 hommes et 10 femmes. Ajourd’hui, la population de Zangasso est très satisfaite non seulement du PACV mais aussi des services de la batteuse.

Ils témoignent…

Fatoumata HAIDARA, Conseillère communautaire du Layidouton et exploitante

« Je remercie infiniment AMEDD et AGRA, car c’est grâce à votre batteuse que j’ai pu livrer ma meilleure qualité de sorgho en vente groupée durant la campagne de 2019-2020. Avant, nous le faisions manuellement avec beaucoup d’impureté, c’était couteux en mains-d’œuvre et on gaspillait du temps. J’ai honoré avec fierté la qualité de céréales toujours demandé au niveau du magasin de collecte. Donc, entant que veuve, ce projet est un grand bonheur pour moi. Merci à tous, surtout aux conseillers qui sont toujours là pour accompagner le petit exploitant. »

Lassina BERTHE, conducteur de la batteuse et premier bénéficiaire,

« J’ai eu un emploi grâce à cette batteuse. J’ai eu la chance de rester près de ma famille cette année en bonne santé car la somme que je cumulais en exode, je dépensais tout pour me soigner. Je ne parvenais pas à encaisser plus de 60.000f en exode, mais j’ai pu avoir 150.000f quand j’ai commencé à conduire la batteuse. Ma femme et mes enfants sont contents de me voir à leur coté pendant la saison sèche pour la première fois. Je ne peux que remercier Dieu et la batteuse. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Exprimez-vous !

Laissez-nous un message