Projet inclusif, AMEDD s’occupe de la composante B axée sur l’investissements productifs dans les filières

Le projet inclusif est un projet qui intervient dans cinq régions du Mali (Mopti, Kayes, Koulikoro, Ségou et Sikasso) d’une durée de vie de cinq ans, c’est-à-dire jusqu’en 2024.

L’ONG AMEDD s’occupe de la composante B (investissement productif dans les filières) qui consiste à l’accompagnement technique et appui conseil des organisations paysannes dans la mise en œuvre du projet.

Crédit photo: Fatoumata Seydou Koné, AMEDD

Comment se fait la procédure de recherche des partenaires ?

Le bureau inclusif est le porteur du projet c’est eux qui recrutent des prestataires comme AMEDD afin de les appuyer sur le terrain. A cet effet, il identifie les organisations paysannes sur la base des critères de sélection préétablie et procède à leurs diagnostics, les valide au niveau du comité régional et national. Une fois cela fait, le bureau transmet la fiche de requête à l’ONG AMEDD qui procède à la prise de contact auprès des organisations paysannes identifiées afin de faire un diagnostic plus poussé pour confirmer l’engagement et la détermination des bénéficiaires notamment leurs capacités à faire des ventes groupées et à mobiliser des ressources financières. Lorsqu’on constate que l’OP(Organisation Paysanne) est conforme aux exigences du projet, AMEDD commence la négociation entre les deux parties (Organisation Paysanne (OP) & les Petites et moyenne entreprise agricole (PMEA).

Crédit photo: Fatoumata Seydou Koné, AMEDD

Enfin c’est la phase de signature des protocoles.

Dans la conception même du projet les organisations paysannes bénéficiaires doivent mobiliser les 10% du coût total de leur plan d’affaire dans les trente jours qui suivent la signature du contrat afin de prétendre à la mise à disposition des 60% de la subvention et des 30% de crédit au niveau d’une microfinance.

Le projet inclusif appui les organisations paysannes à développer leurs chiffres d’affaire et augmenter leurs revenus en subventionnant leurs plans d’affaire à hauteur de 60% du cout total.

Les organisations elles-mêmes doivent être capable de payer les 10% sur leur propre fond sans l’aide de la banque et c’est pour qu’ils puissent payer ce pourcentage dans les délais impartis au projet pour lequel AMEDD fait des activités de sensibilisation.

C’est cette activité de mobilisation que AMEDD coordonne dans le cadre du projet inclusif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Exprimez-vous !

Laissez-nous un message