Conception et évaluation des options dynamiques d’intensification agroécologique en interaction avec la recherche dans le cadre du projet ‘’Savoirs Paysans’’

L’intensification agroécologique est un concept d’agronomie visant à la conception de systèmes agricoles alliant un rendement agricole élevé et une faible utilisation d’intrants. Elle se veut aussi productive et autonome en utilisant les ressources humaines et naturelles locales. Comme avantage, elle est économe en investissement financier, adaptable et reproductible en tenant compte des techniques appropriées, saines et non polluantes.

Crédit photo: Josué DAO, AMEDD

Dans le cadre du projet « Savoirs paysans II », les producteurs et les chercheurs dans les deux pays d’intervention (Mali et Burkina Faso) ont travaillé ensemble à concevoir des options d’apprentissage « intensification agroécologique » IAE qui ont été approuvées et réalisées dans les zones d’intervention du projet.

Au Mali, ce sont 1246 essais expérimentaux qui ont été réalisés en 2019 par les paysans dans 31 communes d’intervention du projet. Au Burkina Faso, ce sont 1280 essais expérimentaux qui ont été réalisés en 2019 par les paysans dans 4 communes d’intervention du projet. Au cours de la campagne agricole 2019, ce sont 1246 parcelles d’essai qui ont été géo référencées dans les 6 cercles d’intervention du projet au Mali.

Tout savoir sur le projet « Savoirs paysans II »

Le projet « Savoirs paysans II » incarne une logique de recherche, de cocréation et de partage des connaissances en intensification agro écologique pilotée par les réseaux d’agriculteurs en interaction avec la recherche. Son objectif principal est d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que le cadre de vie des familles rurales des régions semi-arides au Mali et au Burkina Faso, à travers une productivité optimale durable des systèmes de culture céréales-légumineuses et l’introduction généralisée d’espèces agroforestières à usage multiple pour la nutrition, les revenus et la santé globale.

Pour la campagne agricole 2019, le projet a couvert au Mali 2 régions, 6 cercles, 31 communes et 103 villages. Il a couvert au Burkina Faso 2 régions, 4 communes et 40 villages. Ainsi, le projet a fait 1 atelier de lancement au Burkina Faso qui a offert une opportunité de partage d’expériences, d’informations et de connaissances entre les parties prenantes. L’atelier de lancement a été suivi de concertations communales et villageoises d’explication du projet aux bénéficiaires des zones d’intervention.

Les agriculteurs ont des connaissances traditionnelles précieuses sur l’écologie et les systèmes de production agricole dans leurs communautés respectives. C’est pourquoi la valorisation de leurs savoir-faire doit être maximisée dans un cadre de recherche visant à promouvoir l’utilisation des options dynamiques d’intensification agroécologiques, tout en développant une capacité de mise en réseau et un partage accru des connaissances. Une solution qui les aide à participer à la conception des options dynamiques IAE, à l’évaluation des options et à la collecte de données.

Ils témoignent …

Il faut noter que ce sont 52 visites inter paysannes qui ont été réalisées dans les sites d’intervention du projet soit 12 au Mali et 40 au Burkina Faso. Ces visites inter paysannes ont permis aux producteurs d’évaluer les différents essais réalisés et de prendre des décisions pour l’adoption et les essais à faire pour la campagne 2020.

Crédit photo: Josué DAO, AMEDD

Ousmane SIDIBE, Conseiller communautaire du village de Siela (commune de Menamba 1), cercle de Yoroso, Mali.

Je remercie beaucoup l’ONG AMEDD à travers le projet ‘’Savoirs Paysans’’, car c’est grâce à leur accompagnement que j’ai pu participer en tant que paysan à la proposition et la conception des motifs d’essais qui ont pu être approuvés et réalisés. Avant, les chercheurs nous amenaient des technologies, mais à travers ce projet, nous sommes impliqués dans tous les processus. Ces échanges avec les chercheurs ont servi d’une part d’un espace de partage d’informations, de connaissances et d’expériences, et d’autre part ont servi d’un espace à booster mes capacités de proposer mes idées aux chercheurs et de développer ma confiance en soi.

Crédit photo: Josué DAO, AMEDD

Bassira GOÏTA, Conseillère communautaire du village de Koumbia (commune de Koumbia), cercle de Yorosso, Mali.

Je suis très contente et je remercie sincèrement AMEDD car en tant que femme, j’ai été choisie comme conseillère communautaire et j’ai participé aux échanges avec les chercheurs sur la création d’un panier d’option dynamique IAE. En plus de cela, j’ai beaucoup appris à me faire confiance et être à l’écoute d’autrui pour mieux cocréer. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Exprimez-vous !

Laissez-nous un message