Autonomisation socio-économique des femmes par la sécurisation foncière et l’agriculture intelligente face au climat : cas de la coopérative des femmes de Koutiala-Coura dans la région de Ségou

Le projet « Agriculture d’autopromotion des femmes rurales par l’intégration des technologies innovantes d’amélioration de la production et de la productivité agricole face au changement et variabilités climatiques dans les régions de Ségou et Sikasso » est une contribution du gouvernement du Mali et son partenaire ONU-FEMMES, financée par le Gouvernement du GRAND Duché du Luxembourg. Le projet dénommé « Musow Yiriwa Séné (MYS) en Bambara » est mis en œuvre par l’Association Malienne d’Eveil au Développement Durable (ONG AMEDD). Il vise l’autonomisation socio-économique des femmes à travers la diffusion et l’adoption d’innovations et de technologies résilientes pour la productivité agricole et la réduction de la pauvreté. Le projet MYS intervient dans les cercles de Barouéli, Ségou, Macina, Niono, San et Tominian (région de Ségou) et le cercle de Sikasso (région de Sikasso).

La coopérative des maraichères de Koutiala-coura, constituée de 350 femmes située dans la commune de Kokry ; cercle de Macina ; région de Ségou , fait partie des bénéficiaires du projet MYS. Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, l’équipe de l’ONG AMEDD a accompagné les femmes dans le processus de formalisation et de sécurisation d’un périmètre maraîcher de 4 ha mis à disposition par l’Office du Niger avec l’appui des autorités du village de Koutiala Koura.

Avant le démarrage du projet, les femmes de Koutiala-Coura dont   l’activité principale est le maraichage,   étaient confrontées à des difficultés     liées à la divagation des animaux qui   se traduisaient par des conflits sociaux et des pertes des productions. Pour exploiter leurs parcelles, les femmes surveillaient continuellement le périmètre (24h/24h) pour protéger leurs cultures maraichères des animaux en plus du temps consacré à l’arrosage et l’entretien des cultures installées sur leurs parcelles.  Au départ sur les 4 ha qui leur a été octroyées, elles ne pouvaient exploiter que 1,5ha. Le périmètre n’étant pas clôturé chaque saison, il fallait renforcer la clôture par les haies mortes.

Le projet MYS dans le cadre de l’accompagnement des agricultrices a ainsi procédé à l’aménagement et la réalisation de la clôture du périmètre maraicher des femmes de Koutiala-Coura. Ainsi les 4 ha sont 100% exploitables sur les 12 mois de l’année. Avant cette intervention chaque femme avait seulement la possibilité d’exploiter 0,04ha mais aujourd’hui chaque femme exploite 0,06ha ce qui représente une augmentation de 150 % de l’espace exploitable par femme pour le maraîchage.  En plus de la clôture, les membres de la coopérative ont bénéficié de formation sur les pratiques agriculturales intelligentes face au climat et de semences maraîchères.

Trois mois après la fin des travaux, les maraîchères de Koutiala-coura ont produit 36 tonnes d’échalote ; 22,5 tonnes de tomates ; 13,7 tonnes d’oignons, 5 tonnes de choux ; 7, 5 tonnes de gombos. Les ventes des produits les ont permis de générer six million quatre cent quatre-vingt-sept mille cinq cent FCFA (6 487 500FCFA) avec une marge brute de trois millions deux cent quarante-trois mille sept cent cinquante francs CFA (3 243 750 FCFA). En plus des bénéfices monétaires, elles ont également utilisé une partie pour satisfaire les besoins nutritionnels de leurs familles.

Selon Mariam Saye, secrétaire de la coopérative : avec les crises sécuritaires que le Mali a connues, les femmes du centre ont été abandonnées par les partenaires techniques et financiers.  Grace à l’intervention de AMEDD et ONUFEMMES et aux recettes générées par le maraichage, elles pourront contribuer à d’aider leurs maris à faire face aux dépenses familiales (nourriture, frais de condiments, les évènements sociaux).  « Aujourd’hui, nous les femmes de Koutiala-coura sommes respectées et considérées par nos maris et les autorités du village et nous sommes impliquées dans les prises de décision concernant les familles et le village même. » conclut-elle.

Pour Nana Dembélé, Présidente Adjointe de la coopérative, AMEDD et ONU Femmes ont essuyé les larmes des femmes agricultrices de la coopérative de Koutiala-coura et ont contribué à la réduction du temps de travail des femmes qui s’est traduit par la cohésion entre nous les femmes et nos maris dans nos foyers. « AMEDD et ONUFEMMES nous ont aussi permis de nous occuper très bien de nos enfants et d’éviter des interpellations entre les femmes et les éleveurs auprès de la justice. Malgré la situation sécuritaire l’ONG AMEDD est toujours proche de nous. Vive AMEDD » déclare-t-elle dans son intervention.

Le projet « Agriculture d’autopromotion des femmes rurales par l’intégration des technologies innovantes d’amélioration de la production et de la productivité agricole face au changement et variabilités climatiques », par ces interventions, constitue de ce fait un moyen important de maintien de la cohésion sociale, de la réduction de la pauvreté, de l’insécurité alimentaire tout en favorisant l’autonomisation socio-économique des femmes rurales du Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Exprimez-vous !

Laissez-nous un message