AMEDD remet des béliers aux femmes productrices de bloc metocour dans les régions de Sikasso et Koutiala

Au Mali, l’élevage des ovins et l’embouche des béliers constituent une activité génératrice de revenu très importante pour les femmes en milieu rural bien que l’accès à des béliers de qualité reste une difficulté notoire.  C’est pour faire face à ce problème que le consortium composé de l’ONG AMEDD, ILRI (International Livestock Research Institute), DC-Consulting, LAHAH Industrie et l’HBM (Huilerie Ba-Mariama) propose des solutions alternatives à ces femmes à travers le projet pilote d’appui à la production et à la commercialisation d’animaux de boucherie de qualité par le renforcement des capacités d’innovations technologiques et commerciales des acteurs des chaines de valeur bétail-viande. Financé par la Suisse à travers la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) et la CEDEAO à travers son Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) et le Programme d’Appui à la Commercialisation du Bétail en Afrique de l’Ouest (PACBAO) dans la région de Sikasso, le projet vise à stimuler la transformation des chaînes de valeur bétail-viande dans la zone Sud du Mali pour les rendre plus compétitives grâce à des investissements appropriés et consolider l’industrie de transformation naissante orientée vers l’exportation de la viande de qualité vers les pays côtiers Ouest africains.

Mise en œuvre à travers les plateformes d’innovations, dans les communes de Farakala (Région de Sikasso), Zangasso et N’Gountjina (Région de Koutiala), ledit projet a remis au total 45 béliers de race Bali-Bali dont 15 par commune aux groupements des femmes de ces différentes localités. « Pour résoudre le problème d’accès aux ovins de race améliorée, nous avons proposé à travers ce projet, le croisement de la race locale avec des reproducteurs de qualité bouchères supérieures », explique Yaya Coulibaly, chef du projet à AMEDD. En effet, les béliers de race Bali-Bali ont été choisi par les groupements avec l’appui de ILRI et des services techniques de l’élevage. Grace aux plateformes d’innovations qui ont en leur sein tous les acteurs de la chaine de valeur bétail-viande dans chaque commune, « les groupements de femmes produisent et commercialisent des blocs metocour pour les agros éleveurs. Ces femmes sont également des éleveurs d’ovins et des productrices de l’embouche de béliers qu’elles peuvent vendre à l’approche de la fête de tabaski », ajoute Yaya Coulibaly.

Pour les autorités locales et communales, ce genre de don est une première dans les trois communes d’intervention du projet. « Je souhaite pleine réussite à ce projet qui je suis certain permettra d’améliorer génétiquement la production ovine et contribuera à lutter contre la pauvreté dans nos communes respectives », a témoigné l’un des Maires. Pour les plateformes d’innovations et les responsables des groupements de femmes productrices de bloc metocour, c’est une aide inestimable. La cérémonie de réception et de remises aux groupements des femmes productrices de blocs metocour dans les communes de Farakala (Région de Sikasso), Zangasso et N’Gountjina (Région de Koutiala) a été organisées du 06 au 07 mai 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may also like these